Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 10:08

Le jeu du téléphone arabe : on part de la centrale de Fukushima "pas gérée suffisamment" à "hors de contrôle" en seulement trois étapes

 

Voilà un moment que ce n'était pas arrivé, ce jeu du téléphone arabe à propos de l'accident nucléaire de Fukushima, dû surtout à des erreurs de traduction (intentionnelles ou non). Le dernier en date, j'en ai parlé dans ce blog en septembre 2013 et il disait que le monde tel que nous le connaissons allait se terminer en raison d'une cheminée de dégazage qui s'était "effondrée".


J'ai parlé dans un article du 19 avril 2014 du commentaire pas vraiment brillant de M. Akira Ono, le responsable de la centrale. Il disait qu'il allait rendre "inviolables" les interrupteurs des pompes temporaires, ce qui m'a fait dire que cela irait à l'encontre d'un accès facile en cas d'urgence.

Dans le même billet, j'ai également noté que Reuters donnait deux récits différents dans son article en japonais et en anglais sur le même sujet de l'eau contaminée envoyée aux mauvais bâtiments.

Et comme je le soupçonnais, l'article de Reuters en anglais a été cité dans les médias US (je n'ai pas vérifié pour les médias britanniques) et transformé. Il va bientôt revenir au Japon comme "une source en anglais crédible et fiable qui dit toujours la vérité".

Cela a démarré avec le Reuters Japan par un article en japonais consistant basé sur des faits. Le commentaire de M. Ono arrive dans le tout premier paragraphe (c'est moi qui fait la traduction en anglais) :

L'envoi d'eau contaminée aux mauvais bâtiments à la centrale de Fukushima est dû à une "gestion insuffisante", dit le responsable de la centrale, M. Ono.

M. Akira Ono a parlé à la presse le 15 avril et a commenté le problème des quelques 203 tonnes d'eau contaminée ayant été envoyées aux mauvais bâtiments, il a dit, "J'ai honte. Nous n'avons pas été capables de gérer suffisamment la centrale (ou nous n'avons pas été capables de gérer la centrale autant que nous l'aurions voulu)," admettant la faiblesse de la gestion de la centrale. Il a dit que la société enquêtera et mettra en place des contre-mesures.

Ensuite, quand l'article a été traduit en anglais et aménagé pour des lecteurs de langue anglaise, trois choses se sont produites.

Premièrement, le titre de l'article et le paragraphe d'introduction ont laissé tomber l'envoi d'eau aux mauvais bâtiments et associé le commentaire de M. Ono à la gestion en général de l'eau contaminée.

Deuxièmement, le commentaire de M. Onon a été traduit incorrectement – même s'il n'est pas faux techniquement, ce n'est pas ce que les japonais comprendraient en écoutant M. Ono.

Troisièmement, le commentaire de M. Ono a été coupé du contexte ; puis le contexte – le fait que M. Ono parlait de l'incident particulier de l'envoi de l'eau aux mauvais bâtiments – a été placé après son commentaire.

Et voici le résultat final, également par Reuters, mais en anglais (17 avril ; c'est moi qui souligne) :

Le responsable de la centrale japonais admet que l'eau radioactive est "embarrassante"
Le responsable de la centrale admet comme embarrassant que les efforts répétés ont échoué à mettre sous contrôle le problème de l'eau radioactive, huit mois après que le premier ministre ait annoncé au monde que la question était résolue.

TEPCO, l'exploitant de la centrale, s'est battu quotidiennement contre l'eau contaminée depuis le séisme et le tsunami de mars 2011.

Le gouvernement du premier ministre Shinzo Abe a promis l'année dernière un demi-milliard de dollars pour s'attaquer au problème, mais le progrès est limité.

"Il est embarrassant de l'admettre, mais il y a certains endroits du site où nous n'avons pas le contrôle total", a dit Akira Ono aux journalistes qui visitaient la centrale cette semaine.

Il se référait au tout dernier ratage de la centrale ; canaliser de l'eau contaminée aux mauvais bâtiments.

Ce qui a naturellement incité un média de langue anglaise nommé "nsnbc" à mettre totalement à part le commentaire de M. Ono, et à "monter une sauce" de leur cru pour créer le monde imaginaire familier des catastrophes.

D'après nsnsbc (19 avril 2014) :

Le responsable de la centrale : "Embarrassant, mais nous n'avons pas le contrôle"
Le responsable de la centrale sinistrée de Fukushima Daiichi, Akira Ono, a commencé à se montrer franc à propos du contrôle de la contamination sur le site. Akira Ono a rompu la discipline de fer en admettant que c'est embarrassant, mais que les tentatives de TEPCO pour mettre un terme aux fuites d'eau radioactive ont échoué. Mais Ono et TEPCO ont-ils vraiment commencé à se montrer francs ? Le site est si instable qu'un séisme pourrait obliger TEPCO à abandonner le site et les tonnes de barres de combustible usagé en fusion.

En faisant cette déclaration, le responsable de ce qui est, probablement, le site le plus dangereux au monde, a contredit les déclarations de l'an dernier du premier ministre Shinzo Abe, selon lesquelles la situation de la centrale était sous contrôle. Parlant aux journalistes, Akira Ono a dit :

"C'est embarrassant à admettre, mais il y a certains endroits du site où nous n'avons pas le plein contrôle".

Et enfin, "J'ai honte, nous n'avons pas été capables de gérer suffisamment la centrale" est devenu "embarrassant...nous n'avons pas le plein contrôle" s'est transformé en "nous n'avons pas de contrôle", qui s'est terminé par "hors de contrôle" aujourd'hui.

D'après Zero Hedge (21 avril) :

Le responsable de Fukushima admet que l'eau maudite est "hors de contrôle", réfute les mensonges du PM Abe

...Comme le rapporte le Japan Times, le responsable de la centrale a admis avec embarras que les efforts répétés ont échoué à mettre sous contrôle le problème de l'eau radioactive.

Zero Hedge cite le Japan Times, qui est l'article en anglais de Reuters.

 

Maintenant je m'attends n'importe quand à un tweet en japonais proclamant "Voyez, la centrale est totalement hors de contrôle ! C'est partout dans les médias de langue anglaise ! Ils doivent avoir raison ! On ne nous a pas dit la vérité !"

Repost 0
Published by Hélios - dans Fukushima avril 2014
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 10:13

Le responsable de la centrale à propos de l'eau extrêmement contaminée envoyée aux mauvais bâtiments : "Nous allons rendre les interrupteurs de pompe inviolables"

 

M. Akira Ono, l'actuel responsable de la centrale de Fukushima, ne m'a pas frappé comme étant l'un des plus brillants de chez TEPCO, mais sa "solution" au problème va à l'encontre de l'objectif même d'avoir des pompes temporaires dans ces bâtiments – c'est à dire rendre ces pompes rapidement accessibles et fonctionnelles en cas d'une urgence nécessitant leur mise en route.


D'après Reuters Japan (17 avril ; partiel) :

TEPCO a annoncé le 14 avril que de l'eau contaminée a été envoyée aux mauvais bâtiments et a expliqué que la cause en est la mise en route des pompes de transfert. Les pompes restent habituellement en position "off". Le responsable de la centrale, Ono, a dit à la presse qu'il était exact que les pompes ont été mises en service pour une raison quelconque et que TEPCO enquêterait et prendrait des contre-mesures.

En l'état actuel, on ne peut exclure la possibilité que quelqu'un ait mis en route les pompes non pas par erreur, mais intentionnellement. M. Ono a dit qu'il aimerait mettre en place un système de contrôle grâce auquel personne ne pourrait toucher aux interrupteurs de pompe.

Reuters a publié un article en anglais qui donne bien plus d'infos que celui en japonais, mais le commentaire d'Ono ci-dessus n'y figure pas. À la place, il donne un commentaire d'Ono où TEPCO a préféré la rapidité à la place de la qualité.

Bon, comme s'ils avaient eu un choix en mars et avril 2011.

L'article en anglais de Reuters a également traduit les mots suivants de Ono :

「恥ずかしい話。十分に管理できていない」

(Ma traduction serait : "J'ai honte. Nous n'avons pas été capable de gérer efficacement la centrale".)

qui est devenu :

"Il est embarrassant de l'admettre, mais il y a certains endroits du site où nous n'avons pas un contrôle total", a dit Akira Ono aux journalistes qui visitaient la centrale cette semaine.

Qui est cité par d'autres médias américains (dont MSNBC), avec une accentuation (naturellement) sur le "nous n'avons pas un contrôle total".

En tant que natif japonais, je n'aurais pas traduit les mots de M. Ono de cette manière, mais tout le monde a besoin de lecteurs supplémentaires...


 

(Hors sujet) Message sur un ancien panneau d'affichage de TEPCO "Ne jetez pas de détritus, s'il vous plaît, gardez l'environnement propre"

 

 

Le panneau semble ancien, bien antérieur à l'accident nucléaire de Fukushima de 2011. Les lettres plus petites sont presque effacées.

Quelqu'un a repiqué la photo en rajoutant un message pour TEPCO en jaune et l'a posté sur Facebook, repris sur Tweeter (Ah, l'ère des médias sociaux).

TEPCO : Ne jetez pas de détritus s'il vous plaît. Un environnement immaculé commence par votre aimable considération.

 

TEPCODoNotLitter


Message anonyme en lettres jaunes : À bon entendeur !


Repost 0
Published by Hélios - dans Fukushima avril 2014
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 13:58

Centrale de Fukushima : l'eau extrêmement contaminée venant des bâtiments de turbine a été envoyée vers les mauvais bâtiments et la raison n'est peut-être pas celle à laquelle vous pensez

 

En fait, l'un des ouvriers au long cours qui tweete depuis la centrale, "Sunny", semble soupçonner un "acte criminel".


Quand j'ai lu la première fois le document que TEPCO a soumis à la NRA concernant cet incident il y a deux jours, je n'y comprenais rien. Après avoir lu les récits tout aussi incompréhensibles des journaux dominants, comme NHK (le lien sera supprimé), et la publication pour la presse de TEPCO du 16 avril, je pense avoir enfin compris.

Voici ce qu'il semble s'être passé entre le 10 et le 13 avril à la centrale dans le transfert d'eau hautement contaminée depuis les sous-sols des bâtiments de turbine qui provient des sous-sols des bâtiments de réacteurs où il y a eu la fusion du cœur en mars 2011 :

1. L'eau se contamine énormément après qu'elle soit injectée dans les cuves du réacteur et qu'elle vient au contact du corium. L'eau s'accumule dans les sous-sols des bâtiments de réacteur, puis elle fuit dans les sous-sols du bâtiment de turbine adjacent.

2. À partir de là, l'eau est normalement envoyée vers le bâtiment central de stockage. Ensuite, l'eau va vers le système d'absorption du césium (soit le SARRY ou le Kurion) pour traitement (enlèvement du césium).

3. CEPENDANT, le 10 avril, une pompe temporaire installée dans le bâtiment central a été mise en route par quelqu'un, et cette eau hautement contaminée (Cs-134 à 10 millions de Bq/l, Cs-137 à 27 millions de Bq/l) a été envoyée depuis ce bâtiment vers le site des réservoirs. Il y avait une autre pompe temporaire dans le bâtiment central et cette pompe a également été mise en route par quelqu'un. L'eau contaminée a commencé à passer dans le bâtiment d'incinération, qui n'est pas supposé stocker cette eau hautement contaminée.

4.Il y avait deux pompes temporaires dans le bâtiment d'incinération lui-même, qui ont aussi été mises en route par quelqu'un et elles ont commencé à renvoyer l'eau dans le bâtiment central.

Pour résumer, l'eau contaminée est allée de :

Bâtiment central → Site de réservoirs

Bâtiment central → bâtiment d'incinération → bâtiment central

Pendant que tout ceci se produisait, TEPCO continuait à se demander pourquoi le niveau d'eau dans le bâtiment central était plus bas que la normale et pourquoi le niveau d'eau du site de réservoirs était plus élevé que la normale. Au petit matin du 13 avril, TEPCO a réalisé enfin que les pompes temporaires étaient en route, mais il leur a fallu presque 12 heures pour stopper les pompes.

Ce qui fait que 200 tonnes d'eau hautement contaminée a été détournée vers des endroits qui n'auraient jamais dû recevoir ce genre d'eau.

TEPCO dit qu'ils n'ont pas vérifié plus tôt ces pompes temporaires, parce qu'elles n'étaient pas supposées fonctionner.

Il n'y avait rien d'incorrect sur le plan mécanique avec les pompes temporaires, selon TEPCO.

"Sunny" a tweeté depuis la centrale :

Il est probable que ce ne soit pas une erreur humaine. En d'autres mots, quelqu'un l'a fait exprès.

Puis,

J'en suis convaincu. C'était "intentionnel".
Exactement comme dans l'incident de février de cette année quand la "mauvaise" vanne a été ouverte en laissant déborder de l'eau fortement contaminée (beta nucléides) depuis le haut d'un réservoir, TEPCO dit qu'il enquête. Comme cette fois-là, il est probable que l'enquête va échouer à identifier la cause (ou le coupable) et TEPCO arrêtera simplement l'enquête.

J'ai tweeté pour demander si ceci était un acte de sabotage. Avec la pénurie d'ouvriers à la centrale, il est possible qu'il y ait des ouvriers qui y vont dans le but intentionnel de démontrer combien la centrale est vulnérable et dangereuse en causant des problèmes de ce genre, aussi bien en février que cette fois-ci.

C'est peut-être une erreur innocente faite par un ouvrier inexpérimenté qui a été envoyé à la centrale par un chasseur de tête yakuza et qui est exploité par un sous-traitant mais qui sait exactement sur quel interrupteur appuyer pour mettre en route des pompes qui n'auraient pas dû être mises en service.


Repost 0
Published by Hélios - dans Fukushima avril 2014

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5