Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:00

(...)

 

"Une lumière entourait l'être rayonnant pendant qu'elle présentait ma revue de vie, continuant de communiquer avec moi par télépathie. En voyant les scènes de ma vie, c'était comme si j'absorbais plusieurs livres à la fois avec une parfaite lucidité.
 
"Ma revue s'acheva finalement, et je fus séparée de l'être angélique et revins dans le tunnel. Il me semblait cette fois que je le traversais en tombant, émergeant enfin dans un autre espace, dans une autre dimension. C'était un monde bien plus beau que ce que j'aurais pu imaginer, un endroit d'une impressionnante sérénité. La paix et le calme que je ressentais surpassaient toutes les notions antérieures que j'avais concernant le paradis et je savais, au plus profond de mon âme, que Dieu était ici.
 
3. Son vrai Soi

"Dans cet endroit exaltant, j'ai reconnu qu'il y avait deux aspects de 'moi'. Mon âme était ma conscience, tout ce qui avait fait ce que j'étais et ce que j'étais devenue. Mon esprit, d'un autre côté, était la partie de moi qui était maintenant transparente et lumineuse, nimbée de blanc.

 

"En regardant autour de moi, j'ai d'abord pensé que tout baignait dans une faible lumière. Puis j'ai clairement vu un lit à baldaquin siégeant au centre d'un panorama infini déroulé devant moi. Le lit brillait vraiment au cœur d'une radiance paradisiaque qui m'enveloppait aussi.
 
"À mon étonnement, j'ai vu un double de moi-même allongé sur le lit. 'Comment peut-il y avoir deux moi ? Ou trois moi ?' Mais j'ai été instantanément rassurée par les vibrations d'amour qui m'entouraient. Elles me rappelaient le sentiment de sécurité venant d'un ami cher et digne de confiance qui disait, 'Ne t'inquiète pas, tout va bien'.
 
"Il y avait deux choses dont j'étais certaine : la première, c'est que j'étais Dianne, et la seconde, que mon corps physique était mort. Je savais aussi que le double de Dianne sur le lit était une autre moi, mais je ne savais pas ce qu'elle représentait. Je commençais maintenant à ressentir que j'étais dans trois endroits à la fois !
 
"Une partie de moi était la Dianne transparente sur le lit. Une deuxième était mon corps physique à la maison, le corps qui n'était plus en vie. La troisième partie de moi était mon esprit, maintenant hors de son corps. Cette partie-là restait consciente de toutes mes expériences, aussi bien ici que sur Terre.
 
"Je savais sans aucun doute que je souhaitais rester dans cet endroit magnifique, où je me sentais si aimée, si acceptée. 'Comment se sent-on accepté dans un lieu ? Laissez-moi l'exprimer de cette manière : en marchant vers le lit, je pouvais réellement 'sentir' le paradis autour de moi. Les sentiments de ravissement et de paix dépassaient mes plus folles espérances et je voulais rester ici pour toujours.
 
"Vous souvenez-vous comment c'était autrefois de se trouver dans les bras aimants de votre mère qui vous berçait ? Mettez ceci à la puissance 100 et vous serez encore à des années-lumières du sentiment de paix et de confort qui m'entourait. Je ressentais l'amour de toutes les mères de l'univers qui se déversait en moi en ce moment et pour toute l'éternité.
 
"Bien que le lit devant moi n'était pas mon lit, les draps ressemblaient curieusement aux miens. Je pouvais à peine le croire quand je réalisais qu'ils respiraient réellement, remplis de vie ! Le lit à baldaquin était aussi vivant, fait non pas de matière physique dense comme on l'aurait fabriqué sur Terre.
 
"Comme je me rapprochais du lit, il se mit à rayonner tant d'amour envers moi que je sus qu'aucun peintre ou artisan terrestre n'aurait pu le fabriquer – ni Léonard de Vinci, ni Rembrandt, ni Michel-Ange, ni Monet. Ce lit avait été conçu par Dieu.
 
"La Lumière me souhaitait maintenant la bienvenue, m'invitant à m'allonger sur cette création céleste. Le 'moi' transparent était parti et en m'allongeant, j'ai senti de la dentelle me caresser avec douceur, paisiblement et amoureusement. J'en avais les larmes aux yeux de joie.
 
"J'ai su à cet instant-là que rien ne meurt jamais. Rien ne meurt jamais !
 
"Je savais également que je ne mourrais jamais. Si je restais dans ce lieu, je savais que je serais vivante, mais d'une manière différente d'avant mon électrocution. Je serais toujours Dianne, et j'aurais toujours ma mémoire, mais je ressentirais aussi éternellement cet incroyable amour. Comme j'avais envie de rester !
 
"J'ai senti ensuite que je devais regarder sur ma droite, à travers la dentelle. Je pouvais y voir un point de Lumière qui venait d'un autre espace, d'une autre dimension, d'un infini plus loin. J'ai compris qu'il fallait que je regarde plus clairement, j'ai donc soulevé la dentelle avec la main droite. Je sentais que je n'avais pas d'autre choix que de regarder.
 
4. Une avec la Lumière

"Le point de Lumière devint un faisceau blanc brillant, un milliard de fois plus lumineux que le plus lumineux soleil imaginable et il commença à se déplacer vers moi. Il apparaissait au début comme des bandes de lumière à multiples facettes étirées et poussées ensemble. Je savais que cette Lumière était la présence de Dieu.

 

"J'étais frappée d'admiration, bouleversée par la Lumière, l'amour, l'amour de Dieu pour moi ! Je savais que je pouvais aller dans cette Lumière qui appartenait à une force incommensurable. Et, bien que la Lumière soit plus brillante qu'un millier de soleils, elle ne me blessait pas les yeux.
 
"J'allais devoir choisir entre rester dans la Lumière et retourner sur Terre. Je savais d'une certaine manière que si j'allais dans l'espace suivant, dans la Lumière, je ne pourrais jamais retourner dans mon corps.
 
"J'étais partagée entre deux désirs : vouloir aller dans la Lumière, et vouloir toucher quelque chose de tangible et garder un contact avec tout ce qui était matériel. Les deux désirs s'amplifièrent. La Lumière devint plus intense, plus rayonnante, plus bienveillante. En soulevant la dentelle pour tendre le bras vers la brillance, toucher la Lumière, elle se précipita sous la dentelle et toucha le majeur tendu de ma main droite.
 
"Dès que la Lumière me toucha, je fus transformée. La Lumière et mon esprit fusionnèrent – j'étais entrée dans la Lumière de Dieu et tout sentiment de mon corps spirituel s'était enfui. Ma conscience, pleinement éveillée, était maintenant totalement reliée à Dieu.
 
"Au sein de la Lumière, je savais que tout le monde et toutes choses y sont connectées. Dieu est en chacun, toujours et à jamais. Au cœur de la Lumière il y avait la guérison de toutes les maladies ; la connaissance de chaque planète, chaque galaxie, chaque univers. En vérité, la Lumière était Sagesse et Amour au-delà de toute compréhension.
 
"Être une avec la Lumière était comme connaître soudain chaque grain de sable de chaque planète, de toutes les galaxies, de tous les univers et en même temps savoir pourquoi Dieu avait placé chaque grain de sable à sa place particulière. La Lumière détenait en elle la connaissance de chaque livre dans chaque langue, depuis le commencement de la création jusqu'à la fin des temps. La Lumière savait pourquoi chaque auteur avait mis tel mot exactement où il était. La Lumière convoyait le message que chaque grain de sable, chaque plante, pierre, animal et être humain a un but et que rien ne meurt jamais parce qu'après la mort, il y a une nouvelle vie de l'Autre Côté.
 
"Cette Lumière et mon esprit se fondirent dans ce qui ressemblait à une éternité, mais je commençais finalement à ressentir avec une grande urgence que le temps était venu de choisir si je restais ici ou si je retournais dans ma vie physique. Comment pouvais-je le décider ?"
 
5. Son Ange Gardien

"Soudain mon corps spirituel était de retour dans le tunnel. En en sortant de nouveau, l'être angélique m'attendait. Je remarquais maintenant que ses cheveux étaient bruns et qu'ils s'arrêtaient juste sous ses épaules célestes. Chacun de ses traits était maintenant plus clairement visible alors que je prêtais plus attention à eux. Respirer ne semblait pas nécessaire ni pour elle ni pour moi, nous étions pourtant toutes les deux pleines de vie. Elle me regarda et me demanda télépathiquement, 'Que veux-tu, Dianne ?'

 

"J'ai répondu, 'Je veux aller dans la Lumière, et je veux toucher les choses'.
 
"Elle me posa des milliers de questions en même temps et j'y répondis, communiquant directement de mon esprit vers le sien.
 
"Sa voix angélique demanda, 'As-tu jamais ressenti un tel amour ?' "Je répondis, 'Non'. 'As-tu jamais ressenti une telle joie ?' 'Non'. 'As-tu jamais ressenti autant de paix ?' 'Non'. 'As-tu jamais ressenti un tel ravissement ?' 'Non'. 'As-tu déjà vécu une telle béatitude ?' 'Non'. 'As-tu déjà ressenti autant de gentillesse ?' 'Non'.
 
"Des milliers de questions, l'une à l'intérieur de l'autre, l'une au-dessus de l'autre, toutes les questions à la fois, toutes pourtant séparées.
 
"Je voulais désespérément aller de nouveau dans la Lumière. Puis l'être rayonnant demanda, 'En es-tu sûre, Dianne ?'
 
"Oui", ai-je répondu. "Bien sûr que j'en étais sûre !"
 
"Je fus soudainement projetée dans le tunnel et quand je regardais sous moi, je fus atterrée d'y voir mon corps physique. Il semblait mort et sans vie, mais cette fois la question de le sauver ou non ne m'intéressait pas.
 
"Ce qui m'importait, c'était la Lumière. Je voulais la Lumière. Je fus encore une fois projetée en avant à travers le tunnel. L'être angélique était toujours là, attendant que je prenne vraiment une décision pour ma vie, que je décide de ma mort, que je décide de mon avenir.
 
"Cette fois elle était encore plus rayonnante, plus aimante. Je n'avais jamais imaginé vivre une telle sensation de béatitude et je ressentais un amour sans limites pour elle. Elle demanda, 'Es-tu jamais allée dans un monde sans souffrance ?'
 
"J'ai répondu, 'Non'.
 
"Elle demanda, 'Es-tu jamais allée dans un monde sans guerre ?'
 
"J'ai répondu 'Non'.
 
"Es-tu déjà allée dans un monde sans colère, sans rage, sans chagrin, sans tristesse, sans envie, sans pauvreté, sans jalousie, sans inquiétude, sans larmes ?"
 
"De nouveau, des milliers de questions, toute en même temps. Je répondais à toutes de la même manière – un 'NON' insistant. Je savais qu'aucun autre endroit dans l'univers ne pourrait dégager autant de bonté, d'amour, de paix que cet espace céleste.

 "Pour une certaine raison, cependant, l'être angélique m'envoya de nouveau dans le tunnel faire des aller-retours dans d'autres tunnels. Je me demandais pourquoi. Je voulais juste 'toucher', mais je voulais la Lumière – les deux désirs tiraillaient mon esprit.

 

6. Le retour de Dianne
 
"Je me retrouvais finalement chez moi, regardant de nouveau mon corps physique en dessous. Je réalisais cette fois que mon corps physique avait la possibilité de revivre. J'avais commencé à me désintéresser de plus en plus d'un éventuel retour dans mon corps, mais à cet instant, regardant mon corps en dessous, mon attitude subit un changement. Je pensais, 'Comme c'est triste ; elle a fait si peu de choses'. Je comprenais que 'Dianne' n'avait pas touché autant de gens qu'elle aurait pu le faire étant en vie. Et je réalisais combien la vie pouvait gagner de richesse en touchant d'autres vies plus en profondeur et de manière plus significative.
 
"Quand j'étais en vie en tant que Dianne, j'avais toujours été consciente que ma vie était emplie de plaisirs certains : une belle maison, un bon travail, une belle voiture, des amis chaleureux, une famille merveilleuse, un vrai ami très cher et une carrière musicale que j'aimais. 'Mais plus rien de tout cela ne m'importe' pensais-je, faisant une nouvelle fois marche arrière. Seule la Lumière m'importait – et Dieu.
 
"De manière surprenante, je commençais à ressentir avec insistance un tiraillement à environ 10 centimètres au-dessus de mon nombril. J'ai tenté d'y résister, car je sentais qu'un nouveau processus démarrait, qui m'enlèverait de cet endroit, de Dieu. Je ne voulais pas quitter de telles sensations d'allégresse. Oui, je voulais toucher les choses, mais je désirais encore plus la Lumière.
 
"Soudain, je fus précipitée de nouveau dans le tunnel. Quand j'en sortis, j'étais en haut près du plafond de ma maison, regardant mon corps physique en dessous de moi. Puis sans avertissement, je fus projetée vivement dans mon corps, y entrant par l'arrière de mon cou, les jambes et les bras spirituels ramenés, comme un plongeur en piqué.
 
"Comme je réintégrais mon corps, je savais que le Dieu en moi ne pourrait jamais mourir et je savais que je ne pourrais jamais mourir. Je me vis en fait pendant un moment à moitié dans mon corps et à moitié en dehors. Puis, avec un soubresaut, je replongeais complètement dans mon corps.
 
"Oh, mon Dieu", pensais-je, "Comment ai-je pu choisir de revenir ? Je veux être de nouveau dans la Lumière." Les larmes coulaient sur mes joues, j'étais désolée du choix qui avait été fait. 'Était-ce réellement mon choix ?' Je ne pouvais croire que j'avais décidé de revenir.

 

"Je pense aujourd'hui que la raison qui m'a renvoyée était d'aider les gens à se sentir plus à l'aise avec la mort – et d'apprendre que la mort n'est pas une fin, mais un nouveau commencement."

 

"Si je vivais encore un milliard d'années dans mon corps, aucune autre expérience sur Terre ne pourrait être aussi merveilleuse que celle d'être morte. Aucune". -- Dr Dianne Morrissey

 

 

SOURCE de l'article

 

Traduit par Hélios

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans Evolution personnelle

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5