Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 09:30

Alors, voilà une hypothèse.

 

 

 

Quand toutes les tentatives pour guérir ont échoué

 

 

Dave Markowitz, 27 février 2014

 

 

Si vous avez affaire à des symptômes que personne n'est capable de diagnostiquer, encore moins traiter efficacement, c'est qu'il faut peut-être regarder ailleurs. Je pratique la médecine alternative depuis 20 ans ; j'ai commencé en 2012 à attirer des patients qui avaient déjà fait le tour des méthodes de soins. La plupart avaient épuisé toutes les ressources occidentales traditionnelles, ce qui les amenait à explorer des moyens alternatifs. Aucun d'eux ne réussissaient non plus et comme cela semble la progression habituelle, ils en venaient à des concepts et thérapies plus ésotériques. Plusieurs adoptèrent sérieusement ce que certains nomment le mouvement de Nouvelle Pensée. Ils ont tenté les psalmodies, la pensée positive et de nombreuses médecines énergétiques et tout cela s'est avéré inefficace. Un jour pendant une séance, l'idée a surgi en moi ; j'ai su intuitivement que les maux et les douleurs de mon client ne lui appartenaient pas.

 

Hein ?

 

Tous ceux que j'ai vu dans ce cas avaient une remarquable liste de ressemblances qui ne peuvent être des coïncidences : ils avaient une extrême sensibilité, une grande empathie, éprouvaient un sens des responsabilités peu réaliste envers les autres, et avaient tout essayé pour guérir mais en vain. En tant que thérapeute intuitif, j'avais l'habitude d'identifier les réelles causes au-delà du physique qui contribuent à faire souffrir ou à rendre malade, mais là une étape était franchie.

J'étais capable de voir le schéma d'ensemble. Tous ces gens avaient quasiment dès le départ le sens de la responsabilité dans le sang. Certains en fait entendaient des choses directes depuis "Tiens-toi tranquille pour faire plaisir à ta grand-mère" jusqu'à "Je ne peux m'occuper de ton père. Il faut que tu le fasses pour moi pendant que je m'occupe de ton frère" et phrases de ce genre. D'autres sentaient que c'était leur travail qui avait une prise sur eux. Beaucoup étaient hyper-sensibles aux dynamiques familiales complexes et devenaient des entremetteurs de paix. Quelques-uns essayaient de divertir les membres de la famille par leurs connaissances en musique, en art ou leur sens de l'humour. D'autres pouvaient ressentir les émotions bloquées et tendaient une main secourable pour guérir ceux en souffrance émotionnelle. Et ils étaient tous devenus des gens voulant faire plaisir à tout le monde.

En prenant un peu de recul, on peut voir combien le fait de se sentir responsable des autres et de posséder un fort degré d'empathie peuvent se révéler une combinaison malsaine voire dangereuse. Les gens empathiques se chargent par définition des pensées, de l'énergie et des caractéristiques des autres et une empathie extrême combinée avec un sens des responsabilités exagéré peut en fait se manifester en souffrances et maladies qui ne leur appartiennent pas.


Mon intuition m'a permis ensuite de découvrir une série de mesures qui sont devenues avec le temps de plus en plus puissantes. Par exemple, une femme qui avait reçu un diagnostic de fatigue chronique disait avoir constaté une amélioration spectaculaire en seulement quatre jours alors que rien ne l'avait aidée depuis dix ans. Une autre s'est libérée de ce qu'elle appelait "plusieurs dizaines d'années d'anxiété" en une seule séance. Et beaucoup d'autres se sont libérés d'années de douleur réprimée et des symptômes qui l'accompagnent (problèmes de gros intestin, respiratoires, cutanés, etc.) en quelques séances seulement.

Je sais que cela semble ridicule, mais si nous sommes ouverts à quelque chose d'extraordinaire, je crois que quelque chose d'extraordinaire se produit souvent. Est-ce une panacée ? Bien sûr que non ; il existe bien trop de facteurs pour prétendre à un succès garanti – même l'aspirine ne fonctionne pas de la même façon pour tout le monde. Mais si vous vous identifiez comme quelqu'un d'empathique, intuitif, sensible et que vous n'avez pas eu beaucoup de résultats autrement, pourquoi ne pas saisir l'occasion ?

Comprendre les responsabilités


Je ne suis pas responsable du chemin pris par l'âme d'une autre personne. Vous ne l'êtes pas non plus. Vous pouvez très bien le savoir, mais il y a de grandes chances que vous n'ayez pas complètement intégré cette notion.

Les comportements de responsabilité démarrent à un stade précoce. Pour certains, cela commence dans nos tout premiers jours en tant que fœtus. Nous savons maintenant que si la mère fume, son bébé fume aussi. Mais ce que nous ne reconnaissons pas souvent est que si la mère est dépressive, le bébé partage aussi ce déséquilibre chimique. Pendant nos neuf premiers mois de vie, nous devenons conscients pendant notre développement de ce qui se passe pour notre mère, y compris ressentir sa peur, sa colère et sa peine.

Quelques années plus tard, si par exemple notre mère est déprimée et notre père alcoolique, nous nous sentons responsables de ces situations. Ce qui inclut souvent de nous accuser : "Si j'avais été un meilleur enfant, Papa ne boirait pas et Maman serait plus heureuse aussi". Nombreux sont ceux qui ont commencé à faire ce que les autres attendaient d'eux afin d'être aimés et perçus comme gentils. Ce qui peut se manifester en émulation "positive" ou "négative" pour s'aligner avec les actes de l'entourage. Par exemple, un enfant peut devenir compatissant comme sa mère ou têtu comme son père. Ironie, comme les actes s'alignent avec ce que le parent pourra dire ou faire, l'enfant est alors qualifié de "gentil". Être gentil peut nous valoir amour et attention, mais récolter de l'amour en raison de ce que nous faisons ou ne faisons pas est la définition même de l'amour conditionnel, c'est une très basse vibration. Ce qui crée un enchaînement malsain, point de départ de toutes sortes de schémas défaitistes pour les futures relations. En tant qu'enfant, surtout, nous souhaitions que notre entourage soit heureux et qu'il aille bien.

Le désir subconscient de guérir l'un des parents ou les deux devient envahissant au fil de la vie et s'exprime de différentes façons. Beaucoup d'entre nous sommes félicités quand nous nous oublions, et quelques-uns choisissent une carrière de thérapeute où ils seront payés pour s'occuper de la guérison (sous n'importe quelle forme) des autres. Des parents obèses élèvent un fils ou une fille qui voudront devenir nutritionnistes ou coach. Un père narcissique élève une fille qui deviendra psychologue, assistante sociale ou toute autre forme de pratique de conseil pour (subconsciemment) comprendre ce qui le perturbe. Un parent à tendance superficielle élève un enfant qui veut explorer et approfondir, et qui devient souvent un chercheur intuitif de vérité. Une mère dans la peine donne naissance à un enfant qui devient guérisseur énergétique ou comédien.

Le sens de la responsabilité qu'apprennent la plupart des bébés, quand il se combine à un état d'empathie, nous fait absorber les problèmes des autres en nous imprégnant de leurs déséquilibres. Nous essayons typiquement de guérir les autres avant de nous occuper de nous. Certains en arrivent à l'épuisement en à peine dix ans dans un domaine qui, s'il est choisi et pratiqué avec conscience et en utilisant les étapes dont j'ai parlé, pourrait se prolonger toute la vie. Si nous sommes payés pour être thérapeute ou recevons n'importe quelle autre forme de fort renforcement positif, il est encore plus difficile de se débarrasser du sens de la responsabilité acquis pendant l'enfance. Notre identification à l'ego nous pousse à assister les autres et cela, en combinaison avec le concept métaphysiquement vrai et physiquement faux d'unicité, crée un échange unilatéral d'énergie négative dont nous nous chargeons et que nous entretenons – parfois éternellement.

Il est clair que c'est totalement malsain. Grâce à cette nouvelle notion de cause sous-jacente, prenez des mesures pour vous assurer que vos actes viennent d'un amour inconditionnel plus que d'un sens appris des responsabilités. Ce dernier inclut aussi le "je devrais", la culpabilité, la peur et la honte. Soyez attentifs en exprimant vos pensées et en agissant, "Fais-je ceci parce que je le désire vraiment ou parce que j'ai obligation de le faire en me basant sur le système de croyance de quelqu'un d'autre ?"

Pourquoi nous absorbons les maladies des autres


Je travaille actuellement avec une femme très sage et spirituelle que j’appellerai Amy, qui peut se souvenir clairement d'elle à l'âge de 3 ans ayant conscience à l'époque de sa mère malade. Comme les bébés ne connaissent que l'amour, Amy voulait faire quelque chose pour aider sa mère. Amy se rappelle qu'elle allait au chevet de sa mère en voulant "faire désespérément quelque chose pour la guérir". Après cette période, la mère d'Amy se sentait mieux, mais Amy se sentait plus mal. Bien plus mal.

Elle se présenta à moi, selon ses propres mots, comme "à peine capable de marcher". Elle avait déjà subi des opérations chirurgicales à une hanche et aux pieds et les médecins ne savaient plus quoi faire. J'ai pu comprendre intuitivement qu'Amy avait en fait absorbé à l'époque l'énergie de sa mère malade et qu'elle avait gardé depuis en elle cette énergie stagnante. Et ce n'est pas inhabituel. Mon expérience de ces derniers temps me fait dire que c'est plus la norme que l'exception. L'acte d'amour d'Amy était autant efficace que nuisible – efficace pour sa mère et nuisible pour elle.

Cet acte d'amour intentionné a créé apparemment un sentiment de responsabilité pour la santé d'autrui et bien plus encore. Déjà dans sa jeunesse, Amy se sentait responsable de la cohésion de la famille. Elle se souvient avoir ressenti la responsabilité du bien-être de tous et elle a bien sûr agi avec cette vision perturbée. Tout son entourage acceptait aussi cette version de la réalité. Ses frères et sœurs et sa mère l'accusaient de tout ce qui allait de travers. Ce qui affecta l'estime de soi d'Amy, en lien énergétique avec l'efficacité du système immunitaire. Ce qui, ajouté au transfert énergétique, a rendu Amy très malade dans sa jeunesse et l'accable de graves souffrances depuis plusieurs dizaines d'années.

Sans réelle prise de conscience de ce qui dirige ses actes, le contrat de son âme d'aide aux autres l'a conduite à cet événement et à ses opportunités d'apprentissage ultérieures. Des années de souffrances et de maladie l'ont dirigée vers des tentatives de divers moyens et praticiens mais très peu ont pensé à la faire parler de son enfance et aucun n'a créé d'espace rassurant pour qu'elle partage cet événement avec eux.

Je lui ai expliqué que ce sens acquis de la responsabilité a été toute sa vie un fardeau. Un flux d'énergie unilatéral incompris nous ligote aux sentiments des autres et même à leurs opinions. Nous devenons des gens qui veulent plaire, niant notre sens de soi et nous concentrant uniquement sur les autres. Mais comme les masques à oxygène pendant un voyage en avion, nous avons besoin de prendre soin de nous d'abord. Amy intègre en ce moment cette information grâce aux outils que je lui ai donnés et pendant que nous travaillons ensemble à des exercices spécifiques pour harmoniser ses capacités d'empathie, elle guérit lentement mais sûrement de ses problèmes de santé qui l'ont tourmentée pendant 50 ans.

Bien que le degré de maladie d'Amy soit l'un des plus extrêmes de ma pratique, les causes sous-jacentes sont les mêmes pour nombre d'entre nous. Le sens de la responsabilité que nous acquérons souvent très tôt nous fait vivre à la merci des pensées et opinions des autres à notre sujet. Nous n'osons pas nous mettre en colère par crainte de n'être plus aimé. Nous n'osons pas dire ce que nous voulons car nous ne nous sentons pas mériter que nos besoins soient assouvis ou ne pouvons supporter que quelqu'un nous dise "non". Et nous finissons par faire les choses guidés par la peur, la culpabilité ou la honte – des schémas tous de très basse vibration – dans une piètre tentative d'être aimé des autres.

Culpabilité, peur et honte créent un ressentiment et entraînent une restriction d'énergie, nous laissant incapables de guérir ou même d'exceller dans de nombreux domaines de notre vie. À l'inverse, agir à partir de la compassion entraîne une expansion d'énergie, qui nous ouvre à la guérison et à l'abondance de l'Univers.

Tout dans la nature contient aussi bien les problèmes que les solutions ; nous n'avons qu'à dépasser ce que nous nous sommes laissés inculquer pour le constater. Selon moi, des symptômes impossibles à diagnostiquer ou même une maladie diagnostiquée sans raison évidente ne sont qu'une énigme qui a besoin d'être résolue en sortant du monde matériel des prescriptions, chirurgies et même des modalités de l'énergie de guérison. Quand j'étais ouvert, les réponses me parvenaient et je vous invite à faire de même pour voir si cette information résonne en vous à un niveau plus profond que celui de la simple sensibilisation.

 

Dave Markowitz aide les empathiques, intuitifs et hypersensibles à convertir la maladie en santé. En se servant de son intuition médicale et divers arts de guérison énergétiques, il travaille dans le monde entier par téléphone ou par Skype et en personne à Portland, dans l'Oregon. Pour plus d'informations, allez sur :

 www.DaveMarkowitz.com

 

Article trouvé ICI.

Traduit par Hélios



Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans Santé

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5