Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 09:00

Un texte surprenant, trouvé sur un site tout aussi surprenant, sur ce qui a conduit à l'ascension d'Hitler.

 

Je publie le début de l'article (en 3 parties sur le site d'origine) et vous lirez si vous le souhaitez la suite ICI.

 

A Vienne, un jeune homme d’environ 20 ans se promenait, comme de coutume, au sein du Musée du palais Hofburg. Il était déprimé comme jamais. Il faisait très froid ce jour-là, car le vent portait les premières annonces de l’automne qui s’approchait. Il craignait une nouvelle attaque de bronchite à brève échéance. Il craignait une nouvelle attaque dans sa misérable chambre d’une pension à bas coût. Il était pâle, maigre et d’apparence malade. Sans le moindre doute, il était brisé, car il venait de se faire refuser l’accès à l’Ecole des beaux-arts et à celle d’architecture. Ses perspectives étaient les pires possibles.[Hitler a peint pas mal de tableaux, voir ICI]


Se promenant au sein du musée, il entra dans la salle qui gardait les joyaux de la couronne des Habsbourg, gens d’une race qu’il ne considérait pas être de bonne lignée germanique. Plongé dans de pessimistes réflexions, il ne se rendit même pas compte qu’un groupe de touristes menés par un guide, passa près de lui et s’arrêta face un petit objet qui se trouvait exhibé là.


Ce jeune homme écrivit plus tard : « Ces étrangers s’arrêtèrent presque en face de l’endroit où je me trouvais, pendant que leur guide leur montrait une antique pointe de lance. Au début, je ne me suis pas donné le mal d’écouter ce que disait l’expert. Je me suis limité à observer la présence de ces gens qui s’introduisaient dans l’intimité de mes réflexions désespérées. Et, c’est alors que j’ai entendu ces paroles qui allaient changer le cours de ma vie : «il y a une légende attachée à cette lance qui dit que celui qui la possédera et qui saura déchiffrer ses secrets possédera le destin du monde entre ses mains, pour le bien ou pour le mal» ».


Comme s’il avait reçu un choc d’avertissement, il buvait désormais les paroles de l’érudit guide du musée qui poursuivait en expliquant que cette Lance serait celle du centurion romain qui l’avait introduite sur le côté du thorax de Jésus (Evangile selon Saint Jean, 19:34) pour voir si le crucifié était déjà « mort ». Ce rustique morceau de fer possédait une longue et fascinante histoire. Et ce jeune homme allait s’y plonger profondément au cours des années qui suivirent. Il se nommait Adolf Hitler. Il revint de nombreuses fois au Musée du palais Hofburg et fit des recherches dans tous les livres et documents qu’il réussissait à trouver sur le sujet. Il se plongea dans des mystères profonds et effrayants, fit des découvertes qui l’étourdirent, qui incendièrent son imagination et qui libéra ses rêves les plus fantastiques (1).


Grâce à la pratique et à la littérature spirite, nous savons aujourd’hui que les esprits, incarnés ou désincarnés, vivent en groupes, se dédiant à des causes nobles ou sordides, selon leurs intérêts personnels. L’intelligence et la connaissance, comme toutes les aptitudes humaines, sont neutres en elles-mêmes, c’est-à-dire qu’elles peuvent être utilisées tant pour la pratique du bien que pour la dissémination du mal. De cette manière, tant les bons esprits que ceux qui demeurent encore dans les ténèbres, élaborent des objectifs à longue échéance, visant des intérêts dont la finalité peut être le bien ou le mal. Ainsi, incarnés et désincarnés se relèvent tour à tour, dans ce plan et dans l’autre, s’appuyant mutuellement, maintenant une entente constante, spécialement au cours du silence de la nuit, lorsqu’une partie considérable de l’humanité incarnée, détachée grâce au sommeil, recherche ses compagnons spirituels pour débattre de stratégies, tracer des plans, réaliser des tâches, ajuster des situations.


Il y a donc toute une logistique d’appui aux esprits qui réincarnent, avec des tâches spécifiques, selon les plans élaborés.


Aujourd’hui, en étudiant l’histoire secrète du nazisme, il n’y a pas le moindre doute de ce qu’Adolf Hitler et la plupart de ses principaux compagnons ont joué un rôle important dans la stratégie générale d’implantation du royaume des ténèbres sur la Terre, dans un travail gigantesque qui, objectivement, porte la marque incontestable de l’Antichrist. A cette fin, des phénomènes médiumniques ont éclos, des révélations ont surgies, des personnes qui devaient se rencontrer se sont rencontrées, des « hasards » et d’étranges « coïncidences » sont survenus, permettant aux personnes de s’assembler ; bref, tous les ingrédients nécessaires à l’accomplissement du travail.


August Kubizek décrit une scène dramatique où Hitler, âgé de 15 ans, apparaît clairement incorporé ou inspiré par une certaine entité désincarnée. Debout, face à son jeune ami, il lui prit ses mains d’émotion, ses yeux fulminants sortant de leurs orbites, en même temps que sa bouche exprimait en désordre une foule de paroles surexcitées. Kubizek, surpris, écrivit dans son livre :


-          C’était comme si un autre être parlait à travers son corps et que cela l’émouvait autant qu’à moi. Cela n’avait rien à voir avec le cas d’une personne qui puisse parler avec enthousiasme de ce qu’elle disait. Au contraire, je sentais que lui-même écoutait avec étonnement et émotion ce qui sortait de lui avec une force primitive… Tel un raz-de-marée faisant rompre les digues, ses paroles jaillissaient de lui. Il évoquait, en des cadres grandioses et inspirés, son propre avenir et celui de son peuple. Il parlait d’un Mandat, qu’un jour, il recevrait du peuple pour le guider de la servitude vers les sommets de la liberté, une mission spéciale qui allait lui être confiée dans l’avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans société

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5