Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 09:00

L'histoire de la Terre est parcourue de nombreux événements climatiques et naturels que nous nommons "catastrophes". Nos ancêtres en ont vécu beaucoup mais la civilisation a perduré.


 

Entre deux âges de glace

 

 

La civilisation ne s'est pas faite en un jour. Il a fallu un très long "été".

 

Par William B. Stoecker, magazine Atlantis Rising

Mai 2010



De nos jours, les gouvernements et les médias nous bombardent d'affirmations selon lesquelles le monde est proche de sa fin en raison de la production de dioxyde de carbone. Nous sommes amenés à croire que nos maigres efforts sont capables d'altérer considérablement le climat de toute la planète. Nous sommes en réalité à la merci de vastes forces sur lesquelles nous n'avons aucun contrôle. Les ères glaciaires vont et viennent au gré d'une interaction complexe de forces et d'événements purement naturels, comme l'oscillation de la Terre sur son axe et les déplacements de son orbite, et les changements dans l'activité solaire.



Entre deux âges de glace, il y a des périodes chaudes et humides et des périodes froides et sèches. (Quand la terre se réchauffe, l'évaporation de l'eau de mer augmente et il y a donc plus de nuages et davantage de précipitations.) Il y a des catastrophes planétaires soudaines, comme les éruptions de super-volcans, les impacts d'astéroïdes et de comètes et les méga-tsunamis engendrés par d'énormes glissements de terrain sous-marins. Les super-volcans peuvent changer le climat. On pense que l'énorme éruption du volcan indonésien Toba en -73.500 a pu déclencher à lui tout seul un âge de glace, bien que d'autres facteurs aient pu certainement y contribuer. Un autre volcan indonésien, le Tambora, est entré en éruption en 1815, entraînant "une année sans été" à une époque où le climat était déjà plus froid que d'habitude. Les changements climatiques peuvent aussi produire de soudaines catastrophes comme des méga-tsunamis lorsqu'en fin de période glaciaire les lacs d'eau de fonte des glaciers percent les barrages de glace et se précipitent vers la mer.



À la période historique, et longtemps avant que l'industrialisation et l'augmentation des populations humaines ne créent une augmentation importante de dioxyde de carbone, des changements climatiques marqués se sont produits. Une sécheresse prolongée a pu mettre fin à l'ancien royaume d’Égypte aux environs de - 4134. L'énorme éruption du Krakatoa en 416 a entraîné une période de froid et de sécheresse qui a pu contribuer à l'achèvement de l'empire romain (déjà sérieusement affaibli par d'autres facteurs), suscité des migrations massives et contribué à la propagation d'épidémies. Suivie quelque temps après par la période chaude du Moyen-Âge entre 1000 et 1200, quand l'Europe est sortie des âges sombres avec l'évolution de la culture et des connaissances et d'un niveau général de prospérité. Le climat s'est ensuite graduellement refroidi et la Terre est entrée dans le Petit Âge de Glace au 14ème siècle (la datation exacte de tous ces changements est sujette à caution et il n'y a pas d'agrément général sur la fourchette des températures moyennes nécessaire pour appliquer l'étiquette de "période chaude" ou de "Petit Âge Glaciaire"). Cette période a duré jusqu'au 19ème siècle et se caractérisait non seulement par un climat général plus froid et plus sec mais aussi par des changements extrêmes et brusques passant du froid à très froid ou de la sécheresse à des inondations. Le climat fut particulièrement froid aux environs de 1600, 1700 et 1800 ainsi qu'autour de 1815 comme déjà dit plus haut. Le Petit Âge de Glace a probablement contribué de nouveau à la propagation d'épidémies (la tristement célèbre Mort Noire, la peste) et au déclin du féodalisme, à la Révolution Française et à la famine en Irlande avec la pénurie de pommes de terre.



Tout ceci s'est produit depuis l'aube de l'histoire moderne, mais qu'en est-il des temps préhistoriques ? Il y a quelques preuves que les êtres humains sont sur terre depuis des millions d'années et les civilisations ont pu à tour de rôle fleurir et s'effondrer. Une grande partie de ces preuves a été détruite par des changements terrestres cataclysmiques comme des périodes glaciaires et l'élévation et l'abaissement du niveau des mers qui les accompagnent. En fait, les géologues ne sont pas sûrs du nombre d'âges glaciaires, en général parce que chaque nouvel âge glaciaire tend à détruire la majorité des preuves de ses prédécesseurs. Il existe une importante preuve que des civilisations, principalement celles des plateaux continentaux de la dernière période glaciaire, ont été en grande partie détruites par des (souvent brusques) montées du niveau marin par la fonte de la glace et des méga-tsunamis. Une période de fonte rapide et une élévation du niveau de la mer aux environs de – 11.600 coïncident étrangement avec la date de Platon pour l'effondrement de l'Atlantide. Mais entre cette date et l'arrivée des cultures historiques aux alentours de – 5.500, il y a un fossé de 6000 ans, presque aussi mystérieux que l'ère qui l'a précédé. C'est l'époque du Conan le Conquérant fictif de Robert Howard, et la réalité pourrait avoir été presque aussi étrange que la fiction.



De – 9000 à environ – 5000, la terre a vécu ce qu'on a appelé "l'optimum holocène". Durant cette période la terre a été plus chaude qu'à aucun autre moment depuis et la plupart des régions du monde ont reçu de considérables précipitations. Bien sûr, la règle générale souffre toujours de quelques exceptions et certaines régions, comme des zones du Midwest américain et peut-être l'Amazonie, semblent avoir été plus sèches qu'elles ne le sont aujourd'hui. Des régions qui sont actuellement des déserts, comme le Sahara, le désert de Gobi et la péninsule arabique, étaient quasiment des prairies, avec des forêts montagneuses et le long des fleuves. En fait, certains chercheurs pensent que l'oscillation de l'axe terrestre entraîne tous les 20.000 ans un basculement du Sahara d'une situation d'aridité à une relative humidité. Des endroits comme le plateau tibétain et l'altiplano des Andes ont été au moins plus chauds qu'aujourd'hui, comme ce fut le cas pour de nombreuses régions à une latitude extrêmement élevée ou basse. D'anciennes ruines mystérieuses ont été découvertes dans certains de ces lieux, particulièrement dans les Andes.



L'agriculture s'est d'abord développée pendant le dernier âge glaciaire ou peut-être même plus tôt, mais la plupart des premières communautés agricoles connues ont été trouvées dans des régions désertiques ou semi-désertiques, qui étaient fertiles et bien pourvues en eau durant le long été de l'Optimum Holocène. Certaines des civilisations les plus anciennes connues aux Amériques, comme la culture Norte Chico dans le désert péruvien côtier du Sechura (aux environs de – 5000) et les cultures ultérieures Chavin et Cupisnique se trouvent dans ces régions ; malgré la preuve aujourd'hui de l'existence de cultures très primitives dans le bassin de l'Amazone. Le peuple Norte Chico était constitué de fermiers qui possédaient des textiles mais pas de céramiques cuites et il a construit des pyramides en pisé, comme l'ont fait des cultures plus tardives de la région. Certains chercheurs pensent qu'ils ont pu commencer comme pêcheurs.



L’Égypte, Sumer et les cités de la vallée de l'Indus, comme Harappa et Mohenjo Daro, ont toutes commencé dans des vallées fluviales traversant des déserts.



Il y a une preuve de l'installation de communautés agricoles durant le long été, comme Jéricho près de la vallée du Jourdain et bien plus bas dans la zone du rift de la Mer Morte (la plupart des civilisations historiques les plus anciennes connues ont démarré sur ou près des frontières de plaques tectoniques et de failles sismiques). Jéricho était une ville fortifiée avec des édifices de pierre dès – 10.000. Presque tous les premiers fermiers de l'ancien monde cultivaient du seigle, des lentilles, des figues, de l'orge, de l'avoine et des variétés primitives de blé comme le petit et le grand épeautre. Çatalhoyuk au sud de la Turquie remonte à – 8000 ou – 10.000. Ses habitants faisaient pousser des céréales, des amandes, des pistaches, et des fruits ; et, bien que dépendant partiellement de la chasse, ils élevaient aussi des moutons et peut-être des bovins. Ils vivaient dans des villes aux maisons en briques de boue séchée serrées les unes contre les autres sans rues ni portes, ils entraient et sortaient par des ouvertures sur les toits.

 

 

Nous pouvons donc penser que le petit âge glaciaire est une période historique de l'humanité ; nous pourrions l'appeler aussi bien l'ère atlante. En raison de ses cultures généralement côtières et maritimes détruites en grande partie par les changements climatiques, les tsunamis et la montée du niveau marin, les survivants et les peuples des terres commencèrent à reconstruire une civilisation pendant l'ère suivante : le long été. On pourrait supposer que la majorité des connaissances et de la technologie conçue par les atlantes a été perdue mais pas toute. Les cultures du long (et pluvieux) été, ou au moins celles basées dans des régions qui sont aujourd'hui très froides et/ou sèches, auraient été gravement affaiblies quand le climat s'est refroidi et asséché ; et les survivants se seraient dirigés vers les zones du Nil, du Tigre, de l'Euphrate et de l'Indus, en bâtissant l’Égypte, Sumer, etc.



Donc notre civilisation fut construite par les peuples de l'été et leur culture se développa à partir de ce qu'on suppose être la civilisation atlante. Concernant l'époque de transition, quand l'âge glaciaire s'est achevé, nous avons au moins d'anciennes ruines qui nous donnent d'importants indices sur la nature de l'économie atlante.



Dans le sud de la Turquie on trouve les ruines de Gobekli Tepe, remontant au moins à – 11.000, composées de blocs de pierre taillée d'une hauteur atteignant près de 5 mètres et pesant jusqu'à 10 tonnes. Sur les pierres il y a des gravures de lions, de scorpions, de renards et de vautours. Il n'y a pas de preuves de céramiques cuites (mais des ruines de Tchécoslovaquie montrent que les gens fabriquaient des céramiques cuites et des étoffes tissées il y a 30.000 ans). Des outils en pierre ont été découverts dans les ruines, mais pas en métal. Encore plus étrange, une preuve dans les environs montre que les bâtisseurs étaient des chasseurs-cueilleurs et qu'ils ne cultivaient pas. On a découvert des os de gazelle, de sanglier, d'ovin sauvage, de canard et d'oie. Ce qui contredit tout ce que les archéologues pensaient savoir sur les civilisations anciennes ; les céramiques, les métaux et par-dessus tout l'agriculture étaient supposés venir avant les constructions de pierre taillée. Mais les études d'époques plus récentes ont montré que les Bushmen Kong d'Afrique du sud, bien que vivant dans un environnement aride, pouvaient pourvoir à leurs besoins en étant chasseurs-cueilleurs avec seulement quelques heures de travail par jour. Dans un environnement plus riche, une population plus importante pouvait être pourvue sans l'agriculture et les gens avaient d'abondants moments de loisirs pour se consacrer à l'édification de temples. C'est peut-être la solution du mystère. Nous savons qu'après la redécouverte du Nouveau Monde par Colomb et l'établissement d'un contact régulier entre les Amériques et l'Ancien Monde, des cultures alimentaires et des maladies se sont échangées. Les indiens ont donné aux européens le maïs, les pommes de terre, le tabac, la vanille, le chocolat et, il y a des chances, la syphilis. Les européens les remboursèrent avec du blé, de l'orge, du riz, des moutons, des chèvres, des bovins et des chevaux – et la variole et autres maladies qui ont pu éliminer une grande partie des populations. Si certains peuples de l'ère atlante étaient des navigateurs accomplis et les Amériques et d'autres pays colonisés par des navigateurs, et que certaines cultures côtières possédaient des cultures avancées (et il y a d'abondantes preuves pour tout ce qui est nommé ci-dessus), pourquoi cet échange de céréales, animaux et maladies ne s'est-il pas fait pendant le dernier âge glaciaire ?



Si le peuple de Gobekli Tepe pouvait satisfaire à la construction de temples avec un mode de vie de chasseurs-cueilleurs, pourquoi les atlantes n'ont-ils pu faire de même ? Étant navigateurs, ils pouvaient récolter les vastes ressources de la mer, ayant peu ou pas besoin d'agriculture. Même aujourd'hui, la pêche est, en essence, une activité de chasseurs-cueilleurs ; aux temps préhistoriques la pêche a dû être beaucoup plus riche, car, en fait, sa progression s'est faite jusqu'au siècle dernier.



La plupart des pandémies modernes semblent provenir de l'époque où les gardiens de troupeau vivaient en contact étroit avec le bétail domestique ; on peut supposer que les maladies ont "sauté" d'espèces en espèces. Pour des raisons inconnues, même la malaria ne semble pas (d'après des études génétiques) avoir existé pendant l'ère glaciaire. Les Amériques ont donc pu être colonisées et les civilisations construites par des pêcheurs sans échange de céréales, animaux ou maladies.



Concevoir, comme ce fut le cas jusqu'aux temps historiques modernes, que seules quelques personnes auraient vécu dans des cités à la culture avancée, culture qui, en se basant sur des artefacts plus tardifs comme les pyramides, a pu utiliser une technologie totalement différente de la nôtre, et qu'on pourrait qualifier de magique. Après la montée catastrophique du niveau de la mer, les navigateurs survivants et les habitants des terres ont pu tourner le dos à la mer ; et, pendant le long été, il n'y aurait eu que de rares traversées maritimes. Ce schéma semble s'être poursuivi aux temps historiques jusqu'en 1492 ; on traversait sans doute l'Atlantique et le Pacifique, mais un contact régulier entre les continents n'existait pas.



Le peuple de l'ancien été ne nous fournit pas seulement un aperçu de la manière dont les économies de l'âge de glace fonctionnaient ; son étude est aussi enrichissante en soi. À l'aide de technologies modernes comme le radar souterrain, les archéologues pourraient concentrer leurs recherches sur les ruines de cette période en Arabie, au Sahara, au Tibet et dans le désert de Gobi. D'anciens lits de fleuve seraient des zones idéales pour la recherche. Il y aura certainement beaucoup à découvrir et beaucoup de choses à apprendre.

 

Source

 

Traduction par Hélios

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans Passé terrestre

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5