Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 09:00

De même que Naoto Matsumura (qui est actuellement en France) auquel le blog de Fukushima a consacré plusieurs articles, d'autres volontaires japonais tâchent de secourir et nourrir les animaux de compagnie. Voici un article du Japan Times daté du 8 mars.

 

 

Le royaume animal de Fukushima

 

http://jto.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2014/03/fl20140309x2a-870x579.jpg

 

Kumassy est un chat. Et pourtant il n'a pas de maître.

 

Personne ne sait où et quand il est né, on l'a juste vu fin décembre déambuler furtivement dans les rues humides et froides d'Okuma, dans la préfecture de Fukushima, avant d'être ramassé par le premier humain qu'il ait probablement jamais rencontré.

 

http://jto.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2014/03/fl20140309x2c-200x200.jpg

 

Après un examen médical complet et un séjour de plusieurs semaines pour s'adapter à sa nouvelle vie en captivité, Kumassy (photo ci-contre) a été emmené dans un "cat café" à Chiba, rejoignant 16 autres anciens chats errants de la préfecture de Fukushima lors d'une manifestation organisée pour les mettre en présence de nouveaux maîtres.

 

Comme beaucoup de chats recueillis dans les zones devenues interdites après le 11 mars 2011, Kumassy est "extrêmement méfiant envers les êtres humains", dit Kaori Iwasa, directeur du "cat café".                                                                        

 

"Trois ans ont passé maintenant depuis le séisme, beaucoup de souvenirs tragiques se sont effacés", dit Isawa.

 

"Il y a pourtant encore beaucoup d'animaux qui ont été abandonnés dans les zones interdites et il y a beaucoup de volontaires qui tentent toujours d'aider les animaux errants", dit-elle.

 

"Si tous ces volontaires s'arrêtaient maintenant, de nombreux animaux de Fukushima mourront. C'est pourquoi je veux fournir un soutien logistique par tous les moyens possibles", ajoute-t-elle.

 

Quand les habitants ont reçu l'ordre d'évacuer une bonne partie de la préfecture à la suite des explosions de la centrale de Fukushima, ils ont eu interdiction d'emporter leurs animaux. On a enregistré approximativement 5800 chiens dans les zones d'exclusion désignées par le gouvernement le jour où les habitants ont été priés de quitter leur maison. Si on ajoute les autres animaux de compagnie et les chiens non enregistrés, certains estimations suggèrent qu'au moins 10.000 animaux ont été abandonnés.

 

"Nous avons été témoins de scènes dépassant l'imagination", dit Naomi Inoue, membre d'une association de sauvetage des animaux de Fukushima, quand on lui a posé la question sur ses premières visites quand elle est retournée dans la région après l'autorisation de visites temporaires.

 

"Nous avons vu enfermés dans les maisons des chiens malingres attachés avec des laisses et des chats. Certains étaient déjà morts de faim", raconte Inoue. "Nous avons vu des cadavres d'animaux partout."

Une bonne partie des animaux qui se sont débrouillés pour survivre, comme les cochon domestique, vagabondent maintenant dans les rues des villes côtières de Fukushima.

 

"Il n'y a pas tellement de chiens errants", dit Kuro, membre de l'association de sauvetage des animaux, qui n'a pas voulu donner son vrai nom. "Je suppose que c'est parce que la plupart des chiens étaient gardés en laisse dans leur maison".

 

Kuro visite la région presque tous les week-ends. Il emporte 3 tonnes de nourriture pour animaux à chaque voyage, qu'il laisse sur place pour que les animaux viennent manger après son départ.

Il dit que les hivers sont particulièrement éprouvants pour les animaux de la préfecture, car les sources de nourriture deviennent rares.

 

Les chats dépendent presque exclusivement de la nourriture que l'association leur laisse – surtout depuis qu'ils doivent entrer en compétition avec des corbeaux plus rapides et de gros sangliers.

L'association comprend environ une douzaines de membres de base et 60 volontaires qui viennent parfois participer aux expéditions.

 

Des équipes ont installé des caméras pour suivre les mouvements des animaux abandonnés.

Les images enregistrées, les empreintes et les traces d'excréments servent à pister les mouvements des animaux de compagnie. C'est pendant ce genre de recherche que Kumassy a été récupéré par l'association.

 

"Après avoir capturé un chat, nous passons le mot parmi les habitants du lieu via notre site web. Si son propriétaire se présente, nous lui renvoyons le chat", dit Inoue.

 

Certaines personnes se font connaître et déclarent être les propriétaires, mais ils disent qu'ils ne sont plus capables de prendre soin de leur animal.

 

Dans ce cas-là – ou si un propriétaire ne se montre pas au bout d'un certain temps – le chat subit habituellement un examen médical avant de passer environ un mois confiné pour apprendre à s'habituer aux humains.

 

Les chats sont ensuite conduits dans des foyers d'accueil avant que quelqu'un ne se manifeste pour adopter l'animal.

 

"Je suis sûre que les propriétaires de ces chats sont tristes d'abandonner leurs bêtes et prient pour qu'ils soient sauvés", dit Miyuki Arai, qui gère l'association, en expliquant les motivations du groupe.

 

Si le gouvernement est incapable de s'occuper des animaux abandonnés de la région, les officiels pourraient au moins les faire stériliser.

 

Fonctionnant avec un budget extrêmement serré, l'association ne peut s'occuper que de 15 chats à la fois.

 

Le 22 février, l'association a pu mettre en relation Kumassy et trois autres chats trouvés dans la préfecture de Fukushima avec de nouveaux propriétaires potentiels.

 

Pour les membres de l'association, cela signifie qu'il est temps de retourner dans la préfecture pour secourir une nouvelle fournée d'animaux abandonnés.

 

"Notre activité est sans fin", dit Arai.

 

Traduit par Hélios

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5