Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 09:00

Encore une découverte concernant les atlantes et les pyramides mondiales.

 

La résonance dans les inscriptions en paléo-sanskrit de la grande pyramide

 

 

Par Alex Putney pour Human-Resonance.org

 

4 octobre 2013

 

Le travail de premier plan de l'un des linguistes les plus talentueux au monde, le professeur Kurt Schildmann (1909-2005) a disparu des publications bien qu'il soit un aboutissement approfondi du plus grand défi rencontré dans l'étude de la culture paléolithique mondiale.


Durant ses dizaines d'années de voyages et de recherches épigraphiques [épigraphique = en rapport avec la science des inscriptions, NdT], le Pr Schildmann a été perpétuellement confronté aux messages profondément perturbants des textes paléo-sanskrits de la grotte de l'Illinois qui se référaient de façon répétée à ces phénomènes étranges et répandus associant vaisseaux circulaires non identifiés, enlèvements extraterrestres, mutilation du bétail et bases souterraines.


http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit2.jpg

 

La traduction des anciens langages hiéroglyphiques à laquelle s'est consacré le Pr Schildmann a abouti en 1994 à la découverte de la structure phonétique du paléo-sanskrit des textes de la vallée de l'Indus, avancée décisive lui permettant de déchiffrer les textes de cette vallée et par extension le déchiffrage des écritures de la grotte de l'Illinois et de la grotte Tayos en Équateur.

 

http://2.bp.blogspot.com/-4ITAAM4OjQA/UyVpSTWYhdI/AAAAAAAAPXg/hXYtPOb0QT4/s1600/paleo-sanskritA.jpg

 

http://3.bp.blogspot.com/-TjDGNW2BLrg/UyVqhHr2WiI/AAAAAAAAPX4/EZv3apSbTLA/s1600/paleo-sanskritD.pngExemples de décodage

 

Le talent et l'enthousiasme de Schildmann à faire le lien entre le phénomène aérien moderne et les messages d'anciennes cultures n'ont eu comme résultat que leur suppression totale. La seule reconnaissance de ses travaux provient d'une mention (posthume) de la Société d'Épigraphie du Midwest (SEM) en 2007 :


Kurt Schildmann (né le 12 mars 1909, mort le 25 avril 2005 à l'âge de 96 ans) est l'un des personnages les moins connus parmi les meilleurs linguistes, étymologistes et traducteurs mondiaux. Il a commencé dès l'âge de 17 ans à parcourir le monde avec son frère aîné Heinrich, le Moyen-Orient, l'Inde, la Thaïlande, la Chine, la Birmanie pour aboutir finalement en Corée au bout de plusieurs années. Il a acquis autant de cultures et de langues permises à la jeunesse de son lumineux esprit. Revenant dans sa patrie [l'Allemagne, NdT], il a étudié en France, en Espagne et ensuite trois ans en Italie.
Dans les années 50 il a commencé une carrière d'interprète et de traducteur pour le nouveau gouvernement fédéral d'Allemagne, et a pris sa retraite en 1974. Il fonda durant ces années la Société des Linguistes d'Allemagne en 1956, se joignit au journal "Synesis" dont il devint co-éditeur et membre du comité de lecture et continua ses voyages, en général à bord de son bateau personnel, sur les grands fleuves d'Europe, la mer méditerranée et en fait toute la planète, étudiant les cultures et les langues, plus particulièrement leur origine et leurs relations aux autres langues...

 

Rappelant l'absurdité du cas de Nikola Tesla recevant un Edison Award, un agent de renseignements du gouvernement, Barry Fell, qui déclarait en se basant sur son travail que les artefacts de l'Illinois étaient des faux, fut soutenu par le SEM alors que les écrits du journal personnel de Schildmann n'ont jamais été publiés. En fait, la SEM a même réussi à publier le nom de Schildmann mal orthographié (d'abord comme 'Shildmann' et par la suite 'Schildman'). L'érudition supérieure et les informations décisives du Pr Schildmann dans le domaine de l'épigraphie paléolithique sont réaffirmés ici si on applique sa clé de décodage complète aux douzaines de textes paléo-sanskrits.


La perspective révolutionnaire de traduction des écrits paléo-sanskrits de la culture atlante inspire une nouvelle génération de linguistes et d'épigraphistes qui travaillent sur les langages hiéroglyphiques, offrant de nouvelles visions pour résoudre les siècles d'idées fausses concernant sa connaissance scientifique hautement évoluée et sa capacité de géo-ingénierie qui se concentrait sur la pulsation de la Terre pour la conscience humaine.


Les archéologues découvrent dans de nombreux endroits du monde cette forme archaïque de sanskrit, reconnu aujourd'hui comme le précurseur de toutes les langues connues partout où il a été découvert. L'intégration de la plupart de ces textes antédiluviens dans l'histoire officielle des cultures post-cataclysmiques autorise, pour la première fois, la narration du bouleversement de la résonance planétaire directement identifiée par les auteurs atlantes. Ces textes rares forment la base d'une nouvelle interprétation psychoacoustique de leurs travaux.

 

http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit3.jpg

Des explications poussées de l'influence cyclique divine des diverses planètes sur la conscience humaine ne peut être correctement comprise sans une connaissance avancée de la physique des ondes stationnaires infra-soniques et du rôle de la Grande Pyramide. Une connaissance complète de la physique de résonance acoustique nécessaire à la compréhension des textes atlantes a toujours été en la possession de nombreux rois érudits des cultures postérieures, comme démontré par la déclaration du roi assyrien Assourbanipal inscrite sur des tablettes d'argile :"Je comprends les écrits énigmatiques des tables de pierre d'avant le Déluge".


'Déluge' est peut-être un terme plus précis pour 'La grande Crue' qu'on trouve dans le récit biblique concernant l'arche de Noé. Une étonnante preuve matérielle de ce grand Déluge a été découverte dans plusieurs endroits du monde, mais aucune n'est plus exceptionnelle que celle des restes matériels de l'arche de Noé elle-même, découverte largement intacte sur le flanc d'une montagne près du Mont Ararat, dans l'actuelle Turquie. [Je peux vous traduire l'article sur cette découverte, avec des photos, note d'Hélios] Plusieurs ancres de pierre immenses avec d'anciennes inscriptions soutiennent la connaissance locale de ces événements qui ont été conservées par les villageois de ces régions où les ancres reposent intactes depuis des millénaires.


La preuve scientifique moderne du Déluge a été confirmée sous la forme de multiples impacts de météorites il y a approximativement 12.800 ans, produisant une surcharge du réseau mondial des pyramides atlantes et par là-même abaissant le champ électromagnétique tout entier de la Terre et générant des trombes d'eau torrentielles autour du monde qui ont élevé radicalement le niveau des océans et démarré l'ère connue sous le nom d'holocène. Le Déluge a également été relié à la répartition mondiale de "sphérules d'impact" provenant d'un bombardement de météorites.


Les textes en paléo-sanskrit de cette ère éloignée reflètent les grandes lamentations d'une culture dissoute par "l'état diminué d'exaucement des vœux de la part des divinités", compris aujourd'hui comme la diminution de la résonance infra-sonique des planètes de notre système solaire après la catastrophe météoritique. Le niveau d'intensité du champ de gravité infra-sonique de la planète influence non seulement les biorythmes fondamentaux et donc la conscience de tous les êtres vivants de la planète, mais ce champ détermine aussi la fixation quantique des propriétés de désintégration atomique de tous les atomes composant la planète et de toutes ses formes de vie.

 

http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit4.jpg

La sérieuse diminution des 33 résonances de la résonance infra-sonique planétaire réduit la quantité de vapeur d'eau atmosphérique qui peut rester alors suspendue dans l'air, entraînant une sérieuse montée du niveau des mers et des pluies torrentielles pour une période de plusieurs mois. Le niveau marin a commencé sa rapide montée quand les cieux se sont assombris des débris et quand l'océan Atlantique a englouti un continent entier, laissant des eaux bouillonnantes dans son sillage.


Les pierres de revêtement dénudées sur les faces des pyramides de Giza attestent des vagues destructrices qui ont atteint autrefois une hauteur de 178 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. Ce fait surprenant est renforcé en outre par la présence d'une couche tout à fait visible et bien documentée de coquillages marins déposés jusqu'à une grande hauteur sur les pyramides et en fait sur tout le plateau de Giza. (ci-dessus). Les récits directs de la situation engendrée par une dissonance planétaire provenant de survivants atlantes eux-mêmes constitue une preuve remarquable.


Au-dessus de l'entrée principale de la Grande Pyramide, quatre énormes pierres de décharge répartissent l'immense poids empilé au-dessus du passage d'entrée. Des dessins géométriques linéaires formés par les joints dans la maçonnerie mentionnent les glyphes en paléo-sanskrit 'kar-as kar-as', signifiant 'mécanismes, mécanismes' [ou bien 'qui travaille', NdT] alors que la cavité triangulaire sous les blocs géants correspond au glyphe 'upama', signifiant 'le plus grand' (ci-dessous).


http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit5.jpg

 

Ces formes architecturales géométriques marquées montrent une phrase votive qui servait sur les alignements de sites sacrés du monde à indiquer la profonde résonance infra-sonique des structures pyramidales qui entretenait la civilisation atlantéenne mondiale. Les glyphes incrustés sur la façade d'entrée de la Grande Pyramide disent :


kar-as kar-as upama  Les oeuvres, les oeuvres du plus grand

 

Cette interprétation hiéroglyphique de la façade d'entrée est clairement confirmée par la répétition en série de cette phrase dans une succession de glyphes verticaux sur de multiples sites atlantéens autour du monde, y compris sur les inscriptions des artefacts de l'Illinois, aux États-Unis ; à Caria en Italie et sur la pyramide de Visoko en Bosnie. La remarquable répartition des écrits atlantes paléo-sanskrits sur tous les continents du monde n'est reconnue qu'aujourd'hui.

 

http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit6.jpg

Protégé par la niche triangulaire au-dessous des pierres de décharge géantes se trouve un autel grossièrement ciselé qui ressemble à un petit trône (ci-dessus). Le siège piézoélectrique étroit du trône est gravé de plusieurs glyphes paléo-sanskrits qui constituent l'inscription intacte la plus ancienne jamais identifiée sur le plateau de Giza. Alors que des graffitis accumulés datant de plusieurs époques couvrent la plupart des surfaces au cœur de la petite niche, comme sur le mur arrière et les angles du plafond, le siège en renfoncement a protégé les marques anciennes gravées depuis des milliers d'années. La patine brun foncé qui s'est graduellement déposée sur la pierre au fil des millénaires n'a pas été perturbée.

 

http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit7.jpg

Des chercheurs amateur ont noté le fait que l'inscription de la niche de la Grande Pyramide ressemble de près aux glyphes imprimés en relief sur les débris métalliques du crash du disque vimana de Roswell, en 1947 au Nouveau-Mexique. Les textes des débris de Roswell ont d'abord été traduits en 2007 par l'auteur du présent article en appliquant le code de déchiffrage de Schildmann, mais la traduction de l'inscription sur la Grande Pyramide est présentée ici pour la première fois.


Les épigraphistes amateurs et professionnels qui travaillent sans connaître les découvertes de Schildmann se sont démenés pour identifier et traduire cet ancien texte énigmatique, alors qu'en appliquant soigneusement le déchiffrage de Schildmann apparaît la profonde science bioénergétique védique au cœur de la pyramide. Le rang horizontal des quatre glyphes se lit de gauche à droite, avec le dernier glyphe qui montre une combinaison de deux signes qui se chevauchent pour former une ligature. (les ligatures sont séparées dans toutes les traductions pour une lecture plus claire.)

 

http://www.human-resonance.org/paleo-sanskrit8.jpg

 

Cette courte phrase comporte une explication concise de la principale fonction infra-sonique de la Grande Pyramide – une synchronisation mondiale infra-sonique de la conscience collective de l'homme, lui conférant ainsi des forces féminines : vi Sani raua ra Yoni– "Depuis la force masculine, retentissante, le pouvoir féminin se reconnaît".


Si on la reprenait en termes plus simples, ceux conservés dans les traditions chinoises de médecine bioénergétique, plus facilement compris aujourd'hui, la phrase donnerait essentiellement : "Depuis le Yang, retentissant, le Yin se reconnaît". Le Yinest l'énergie féminine ou maternelle associée au processus naturel de la synchronisation biorythmique entre la mère et l'enfant pendant la période de gestation fœtale résultant de l'alignement du cœur maternel avec le chakra racine du fœtus, normalement inversé dans l'utérus.


La résonance planétaire 'retentissante' d'ultra-basse fréquence est concentrée par les trois pyramides du plateau de Giza sous la forme d'un mandala mondial coordonnant la conscience sur les sites sacrés du monde. L'infrason rend possible une communication télépathique directe par entraînement tri-thalamique, reliant les rythmes de la glande pinéale des êtres humains en un alignement sacré à ce qui a été nommé plus tard "Les Courants Sacrés".



Article trouvé ICI.

Traduit par Hélios

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans Passé terrestre

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5