Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 09:00

1) Des plantes pour soigner le jardin

 

Un article d'Éric Petiot sur le Biocontact du mois d'avril (qu'on peut se procurer dans les magasins diététiques et bio)qui explique bien comment utiliser des plantes sauvages ou cultivées pour prévenir et/ou guérir des envahisseurs indésirables au potager et au jardin d'ornement et renforcer l'immunité des plantes.

 

J'entends déjà certains dire qu'il ne faut pas supprimer les pucerons, mais introduire des coccinelles, conserver les chenilles pour voir voler de beaux papillons, donc à chacun de faire selon sa conscience et selon sa patience. Il suffira alors de ne faire que du préventif, ce qui est l'idéal. Pour les champignons (rouille, oïdium, mildiou, cloque), je pense que tout le monde sera d'accord pour s'en débarrasser.

 

Pas besoin d'acheter des produits, même écologiques, il suffit de puiser dans la nature.

 

Pour les champignons, je redonne ma recette préventive éprouvée qui ne provient pas d'une plante, mais de la teinture d'iode. 10 gouttes de teinture d'iode (en pharmacie) dans un litre d'eau et pulvériser tout ce qui craint la rouille, le mildiou et l'oïdium (tomates, vigne, rosiers, etc.)

 

Voici des extraits de l'article d'Éric Petiot que j'ai pris le temps de transcrire.

 

 

 

Différences entre infusions, décoctions, extraits fermentés et macérations à froid et modes de préparation.

 

 

Les infusions

 

Les plantes contenant une majorité de métabolites secondaires (terpènes, phénols, esters, cétones, oxydes...) seront infusées à une température de 90 ou 100° pour extraire ces substances naturelles. Il suffit de plonger les plantes à raison de 250 g de plantes sèches ou 1 kg de plantes fraîches dans 10 litres d'eau de pluie froide (contenant en inox) puis de monter à la température indiquée et enfin de couper le feu. Laisser refroidir et diluer au 1/20ème (1 litre d'infusion pour 20 litres d'eau de pluie).

 

Ces plantes sont l'origan, le thym, la sarriette, le serpolet, la sauge officinale qui agissent sur le mildiou.

 

D'autres plantes comme la tanaisie, le romarin, les menthes, l'absinthe, les armoises, les lavandes agiront sur les pucerons et les chenilles défoliatrices.

 

Les plantes contenant des acides seront infusées à une température de 80° afin de les extraire. Plonger les plantes à raison de 200 g de plantes sèches ou 750 g de plantes fraîches dans 10 litres d'eau de pluie froide, chauffer à 80° et couper le feu. Laisser refroidir et diluer au 1/20ème.

 

Ces plantes sont :

 

- L'ortie (acide gallique, acide formique, acide histaminique), à action acaricide (tue les acariens)

 

- La prêle des champs (acide silicique) a une action répulsive sur les acariens.

 

- La reine des prés (acide salicylique) qu'on peut ajouter à l'extrait fermenté d'ortie au moment de la pulvérisation avant une éventuelle invasion de champignons ou d'insectes indésirables pour que la plante se défende plus rapidement.

 

- Les fleurs de la valériane officinale sous forme d'infusion à 80° permettront de protéger les plants contre le gel jusqu'à -2° au printemps.


 

Les décoctions

 

Pour les plantes plus ligneuses.

 

Faire tremper 30 minutes les plantes dans l'eau froide, porter à ébullition pendant 30 minutes (pas plus) puis couper le feu et laisser refroidir.

 

Dosages : 250 g de plantes sèches ou 1kg de plantes fraîches dans 10 l d'eau.

 

Diluer au 1/20ème.

 

Plantes utilisées :

 

- La racine d'ortie, action fongicide redoutable mais aussi pour une meilleure croissance du système racinaire des plantes comme les plants de tomates (arrosage au sol au 1/20è).

 

- Les racines de rhubarbe ou de bardane, séchées une année, en décoction contre le mildiou.

 

- La prêle pour limiter les effets de la moniliose, de la cloque du pêcher...

 

 

Les extraits fermentés de plantes

 

On les appelle aussi "purins" de plantes. Plantes utilisées : ortie, bardane, consoude, fougère aigle, prêle, renouée du Japon.

 

Prendre 1 kg de plantes fraîches, les fragmenter le moins possible, voire pas du tout selon le volume du récipient, puis les plonger dans 10 litres d'eau de pluie d'une température de 18 à 35° maximum.

 

Déposer un couvercle sur le liquide de façon la plus hermétique possible avec juste un trou au milieu.

 

Pour contrôler si le produit est prêt, en mettre un peu dans un verre. Si de l'écume apparaît et reste, le produit est en pleine fermentation [et votre nez ne vous trompera pas, , note d'Hélios] mais si elle apparaît et disparait, le produit est bon pour une utilisation [l'odeur est un peu moins terrible !]. Ce n'est pas une question de jours mais de contrôle de l'écume : plus il fait chaud, plus la fermentation sera rapide.

 

Dilution pour aspersion des feuilles (foliaire) : 1/50ème. Pour aspersion du sol : 1/20ème. Les feuilles doivent recevoir des préparations plus diluées afin de ne pas brûler.

 

Extrait fermenté d'ortie

 

Permet la croissance tout en renforçant la résistance des plantes. Si vous traitez préventivement à raison de deux fois maximum par semaine en foliaire, vous réussirez à diminuer le nombre d'indésirables de 50%. L'extrait d'ortie est préventif.

 

Extrait fermenté de consoude officinale

 

En pulvérisation foliaire, il provoque l'épaississement de la cuticule (couche cireuse de la feuille), véritable barrière physico-chimique, permettant de protéger la plante des attaques des champignons, insectes...


L'extrait de consoude est riche en micro-organismes et favorise le développement des vers de terre, des cloportes, des myriapodes, favorables à la vie du sol. Il est à pulvériser au sol avant ou après avoir posé un paillage.

 

Les macérations à froid

 

Ce sont des débuts de fermentation. Même dosage que les extraits fermentés, mais on laisse les plantes macérer trois jours dans l'eau. Pulvérisez sans diluer.

 

Les tiges et feuilles d'ortie, ramassées avant la fleur, sont un superbe stimulant foliaire.

 

Les feuilles de rhubarbe [Il est vrai qu'elles sont immenses, mais malheureusement toxiques pour l'homme, à la différence des tiges, alors c'est un bon moyen pour les utiliser], à raison de 500 grammes de feuilles fraîches dans 3 litres d'eau, appliquées en pulvérisation sur les pucerons, sont redoutables.

 

La règle principale à retenir sera de traiter au 1/50è une ou deux fois par semaine à partir de 12° sur les feuilles avec des extraits fermentés d'ortie avant une éventuelle attaque puis d'intégrer les infusions insecticides ou fongicides en cas d'attaque et de reprendre avec les extraits de consoude ou d'ortie une fois les invasions passées.

 

Vous pouvez conserver les infusions et les décoctions en les filtrant puis en les embouteillant à chaud. La conservation des extraits fermentés se fait après filtration, en ajoutant de la vitamine C (lévogyre), à raison de 30 mg pour 5 litres. Cela permet de conserver toutes ces préparations une année.

 

[Je suppose qu'il parle de vitamine C pure en poudre ? En pharmacie, sûrement, s'assurer qu'elle est bien lévogyre].

 

********************************************

 

2) Lutte contre le mildiou des tomates

 

Les tomates en pleine terre sont très sensibles aux attaques de champignons, comme le mildiou. Du temps longtemps humide et la tige du pied de tomate brunit, puis c'est au tour des feuilles et c'est fichu. Si on ne peut élever ses tomates en serre ou en tunnel, voici, en supplément des recettes ci-dessus, un autre moyen expérimenté en Belgique qui utilise des produits courants de la maison (valable aussi pour les pommes de terre) :

 

 

 

 

3) Des mini-serres pour démarrer ses semis.

 

 

Deux remarques concernant la vidéo ci-dessous. Premièrement, le démonstrateur est sponsorisé par Truffaut, Vilmorin et la ferme de Ste Marthe (il le précise franchement en commentaire). Ce qui n'enlève rien à la technique.

 

Deuxièmement, le plastique des bouteilles dégagerait-il des substances nocives pour le terreau et les plantules ? Il faut se poser la question en jardinage biologique. Je teste le truc quand même, car j'adore expérimenter...

 

Je vous mets la vidéo et aussi un LIEN vers un article expliquant la même méthode.

 

 

 

 

4) Culture des pommes de terre sur l'herbe (rappel)

 

Méthode que j'ai utilisée l'année dernière et que je pratique de nouveau cette année. C'est super !

 

 

 

 

5) La culture en "lasagne". Un article très complet ICI sur cette technique de permaculture. Pas mal de travail pour un résultat extraordinaire.

 

 

Voilà, il y aurait beaucoup d'autres choses à dire, je vous laisse la parole si vous avez d'autres astuces à partager et en attendant, je vous souhaite un beau et prolifique jardin...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hélios - dans Jardin

Présentation

Recherche

Liens du BBB

bbbcliquez ici2

Pour retourner vers le BBB sur blogspot

 

bbblogo pavé 5